Le spam, c’est tabou ! On en viendra tous à bout !

Ce matin, comme tous les mardis, nous préparions un article. Il devait être sur l’art de faire une newsletter avec les différents logiciels et services permettant de réaliser des beaux et chatoyants mails (dans le même style que celui concernant la gestion des réseaux sociaux).

Mais un coup de fil impromptu d’un call-center, comme nous en recevons tant, nous a passablement agacé, si bien que nous nous sommes rendus sur le site de la CNIL pour voir si nous pouvions y faire quelque chose…

Mélangez CNIL, absence de consentement ainsi que newsletter et vous obtiendrez un article sur le spam ! En effet, avant de parler de newsletter (que nous aborderons dans un prochain billet), faire un point sur le spam nous a semblé nécessaire !


Une différence entre les cibles

Pour les mails, il faut différencier deux situations, selon que vous soyez sur un marché pour les consommateurs finaux (BtoC) ou pour les professionnels (BtoB), « les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », pour citer le célèbre fabuliste…


Les particuliers, un noir avec des touches de blanc…

Soyons clair, pour les particuliers, le spam est interdit : « pas de message commercial sans accord préalable du destinataire ».

Malgré tout, si la personne est déjà cliente et que vous souhaitez lui proposer des services similaires, vous pouvez la contacter. Il est également possible de contourner cette interdiction si la prospection est de nature caritative.

Mais dans ces deux cas, il faut, au moment de la collecte, informer la personne de l’utilisation possible de ses coordonnées et qu’il peut facilement s’y opposer sans avoir à dépenser un kopeck !


Les professionnels, un blanc avec des touches de noir…

Pour les professionnels, c’est tout autre. Il est possible d’envoyer des mails commerciaux non sollicités.

Mais il faut que le prospect soit informé, au moment de la collecte, que son adresse sera utilisée à des fins commerciales. Il devra également avoir la possibilité de se désinscrire facilement de la liste de diffusion. De plus, le message de prospection doit être en rapport avec le poste occupé par le prospect.

Les adresses génériques, semblable à contact@jacoop.fr ou encore recrutement@jacoop.fr, ne sont pas des adresses de personnes physiques clairement identifiables si bien qu’elles ne sont pas soumises aux principes de consentement et d’opposition.


Signaler un spam

Rien de plus simple que de signaler un spam. Ce type de mail non sollicité (et qui sont généralement de mauvaise qualité, voire qui peuvent s’apparenter à des arnaques, des SCAM) est un fléau car il représente environ 90% des mails envoyés. Pour réduire cela, il n’existe qu’un moyen : les signaler ! La CNIL, alliée à l’association signal-spam a mis en place un module à télécharger efficace. Ensemble réduisons les spammeurs au silence !


Le client avant tout !

En s’interdisant la pratique du spam, il faut ainsi mettre en place tous les moyens pour convaincre vos prospects de vous confier leurs mails, de les choyer. La seule manière de se constituer un répertoire de qualité est de mettre en place une stratégie basée sur le client (« customer centric », comme disent nos voisins outre-Atlantique).

Cette stratégie vous permettra de créer des communautés fiables, d’avoir un véritable réseau que Jacoop saura valoriser en vous permettant d’acquérir des prestations de qualités (logo, vidéos,…) !

Cette article a initialement été publié sur Medium !


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑